Méditons aujourd’hui, mardi Octave de Pâques, année B

Méditons aujourd’hui, lundi Octave de Pâques, année B

Méditons aujourd’hui, Semaine Sainte : samedi, année B

Chers frères et sœurs du diocèse de Nanterre,
Chers amis des Hauts-de-Seine,

Pâques n’est pas un poisson d’avril, au sens courant du terme ! Non seulement parce que nous célébrons cette année la résurrection du Christ le 4 avril mais surtout parce que nous croyons que le Christ, mort sur la croix, en portant tous les péchés et toutes les souffrances du monde, est bel et bien ressuscité. Comme aiment à le proclamer les chrétiens depuis l’Antiquité le jour de Pâques : « Il est vraiment ressuscité ! ».

Le poisson a constitué le premier signe de reconnaissance des chrétiens, car les initiales du mot « poisson » en grec, « ichtus », signifient Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur. Il est possible que l’origine des « poissons d’avril » ne soient pas des blagues de potaches mais bien la célébration pascale du Christ ressuscité. Quant aux poissons en chocolat, qui feront les délices des petits et des grands avec les œufs de Pâques, ils constituent sans le savoir un témoignage rendu au Christ, Sauveur de toute l’humanité par la puissance et la persévérance de son amour.

Tant de réalités pourraient nous dissuader de reconnaître la vérité de la Résurrection : les violences et les souffrances du monde, cette crise sanitaire interminable, les atteintes insupportables portées à la dignité et l’intégrité humaines parfois même par des membres de l’Eglise. Mais, dans le Christ ressuscité, nous croyons que la mort, la souffrance et le mensonge n’auront pas le dernier mot.

Les aléas du couvre-feu font que, cette année, beaucoup de communautés paroissiales auront célébré la vigile pascale à l’aube, à l’heure du Soleil levant : occasion de redécouvrir que le véritable Soleil levant, c’est le Christ, qui illumine et renouvelle toute chose par sa parole et son amour. N’ayons pas peur de consentir à la vérité de Pâques. C’est en fait le véritable poisson d’avril, non pas celui qui suscite un sourire bref et factice, mais celui qui offre une joie profonde, solide et durable !

Bonne fête de Pâques à tous !

Mgr Matthieu Rougé
Évêque de Nanterre

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, Semaine Sainte : vendredi, année B

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, Semaine Sainte : jeudi, année B

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, Semaine Sainte : mercredi, année B

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, Semaine Sainte : mardi, année B

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, Semaine Sainte : lundi , année B

Texte de l’Évangile (Jn 12,1-11): Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.
Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux; la maison fut remplie par l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: «Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres?». Il parla ainsi, non parce qu’il se préoccupait des pauvres, mais parce que c’était un voleur: comme il tenait la bourse commune, il prenait pour lui ce que l’on y mettait. Jésus lui dit: «Laisse-la! Il fallait qu’elle garde ce parfum pour le jour de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours».
Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait ressuscité d’entre les morts. Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.


«Elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux»

Aujourd’hui l’Évangile nous montre deux attitudes envers Dieu, envers Jésus Christ et à l’égard de la vie elle-même. Devant le parfum que Marie répand sur les pieds de son Seigneur, Judas proteste: «Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors: ‘Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres?’» (Jn 12,4-5). Ce n’est pas sot; c’est même en accord avec la doctrine de Jésus. Mais il est facile de critiquer ce que les autres font, même sans intentions cachées, comme c’était les cas de Judas.

N’importe quelle critique doit être un acte de responsabilité: avec la critique nous devons aussi expliquer ce que nous ferions à la place, ce que nous serions prêts à faire. Autrement, la critique n’est —comme ici— que la plainte de ceux qui agissent de mauvaise foi face à ceux qui tâchent de faire de son mieux.

Marie répand du parfum sur les pieds de Jésus en les essuyant avec ses cheveux, car elle croit que c’est son devoir. Cette action montre une magnanimité splendide: elle le fait en prenant «une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur» (Jn 12,3). C’est un acte d’amour et, comme tout acte d’amour, difficile à comprendre pour ceux qui ne le partagent pas. Il me semble qu’à partir de ce moment-là, Marie sut ce que Saint Augustin devait écrire quelques siècles plus tard: «Il se peut que sur la terre les pieds du Seigneur soient dans le besoin. N’est-ce pas de ses membres, en effet, qu’il dira à la fin du monde: ‘Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait? Trouvez un emploi à votre superflu; pour vous, il est inutile, mais il est nécessaire aux pieds du Seigneur’».

La protestation de Judas n’a aucune utilité, elle le mène seulement à la trahison. L’action de Marie la porte à aimer encore plus son Seigneur et, en conséquence, à aimer encore plus les “pieds” du Christ qu’il y a dans notre monde.

Méditons l’Evangile d’aujourd’hui, temps du Carême – 5ème semaine, année B

Texte de l’Évangile (Jn 11,45-56)
Les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait. Les chefs des prêtres et les pharisiens convoquèrent donc le grand conseil; ils disaient: «Qu’allons-nous faire? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous continuons à le laisser agir, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation». Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit: «Vous n’y comprenez rien; vous ne voyez pas quel est votre intérêt: il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas». Ce qu’il disait là ne venait pas de lui-même; mais, comme il était grand prêtre cette année-là, il fut prophète en révélant que Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. A partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir.

C’est pourquoi Jésus ne circulait plus ouvertement parmi les Juifs; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples. Or, la Pâque des Juifs approchait, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la fête. Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux: «Qu’en pensez-vous? Il ne viendra sûrement pas à la fête!». Les chefs des prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres: quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu’on puisse l’arrêter.


«Jésus allait mourir pour la nation. Or, ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés»

Aujourd’hui, alors qu’Il monte vers Jérusalem, Jésus se sait poursuivi, traqué, condamné d’avance, car, plus grande et plus neuve fut sa révélation —l’annonce du Royaume— plus vaste et plus claire fut la division et l’opposition qu’Il trouva chez ceux qui l’écoutaient (cf. Jn 11,45-46).

Les paroles négatives de Caïphe, «il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas» (Jn 11,50), seront positivement assumées par Jésus dans notre rédemption par Sa mort expiatoire. Jésus, le seul vrai Fils engendré par Dieu, meurt sur la Croix par amour pour chacun de nous! Il meurt pour faire réalité le plan du Père, c’est à dire, «rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés» (Jn 11,52).

Et voici l’admirable créativité de notre Dieu. Caïphe, avec sa sentence («il vaut mieux qu’un seul homme meure…») ne fait qu’éliminer, emporté par sa haine, un idéaliste; Dieu le Père, au contraire, en envoyant son Fils par amour pour nous, réalise une chose merveilleuse: convertir cette sentence malveillante en une ouvre d’amour, car, pour Dieu le Père, chaque homme vaut tout le sang versé par Jésus Christ!

Dans une semaine, nous chanterons —lors de la solennelle Veillée Pascale— l’annonce de la Pâque. À travers cette merveilleuse prière, l’Église fait l’éloge du péché originel. Et elle ne le fait pas parce qu’elle ignore sa gravité, mais parce que Dieu —dans sa bonté infinie— fit des prouesses en réponse au péché de l’homme. À son “chagrin originel”, Il a répondu par l’Incarnation, l’immolation personnelle et l’institution de l’Eucharistie. Aussi la liturgie chantera-t-elle samedi prochaine: «Merveilleuse condescendance de ta grâce! Imprévisible choix de ton amour! Heureuse fut la faute qui nous valut un tel Rédempteur!».

Que nos paroles et nos actes ne soient pas des obstacles à l’évangélisation, car nous aussi, nous avons reçu du Christ le mandat de rassembler les fils dispersés de Dieu: «Allez donc! De toutes les nations faites des disciples» (Mt 28,19).

Abbé Xavier ROMERO i Galdeano (Cervera, Lleida, Espagne)