Concert 3 juillet

Synode suite …

La Synthèse présentée aux paroissiens

La Synthèse complète de nos paroisses 

La synthèse complète de notre Diocèse  ICI

Tout le travail très intéressant de nos évêques ICI

Les contributions de tous les diocèses ICI

SYNOPSIS

Ces personnes consacrées au sein du diocèse de Nanterre ont accepté d’être filmées dans leurs vies de tous les jours et d’être interrogées sur cet appel, auquel ils ont répondu avec simplicité et humilité.

Dans notre diocèse les formes de vocations sacerdotales et religieuses sont multiples et cette année nous vous présentons diverses personnalités qui participent toutes à la plus grande gloire de Dieu. Jeunes prêtres, religieuses ou curés de paroisses, tous, avec leurs sensibilités propres, témoignent de la fécondité de la vocation. Ils souhaitent par leurs témoignages nous sensibiliser pour que chacun soit disponible à l’écoute de l’appel de Dieu.

cliquez ICI

Convertissons-nous avec Charles de Foucauld (patron des recommençants )

Laissons nous catéchiser par le père  César de Bus (né au XVIe siècle)

Engageons-nous avec  Marie Rivier (Française, née au XVIIIe siècle) mais aussi Louis Marie PalazzoloJustin RussolilloMarie François Rubatto et Maria Domenica Mantovani

Profitons de Titus Brandsma, prêtre-journaliste martyr du nazisme et Lazare Devasahayam Pillai, martyr laïc indien

L’homélie du pape :)

`

 

, .

Chers amis, 

Le temps de la sidération a donné lieu à beaucoup de paroles, réactions ô combien légitimes de colère, d’anéantissement, de compassion, voire de rejet tant cette réalité est effrayante.  Doit s’ouvrir maintenant le temps de la réflexion, individuelle et collégiale, dans un but de construction ou de reconstruction d’une communauté qui accueille et répond.

Accueillir et répondre, car là se joue notre responsabilité de baptisés, membres d’un même corps, d’une même Église face à des blessures terribles par le crime de quelques-uns. Répondre au sens étymologique du terme, à savoir l’engagement en retour de mon engagement de baptisé, engagement à suivre le Christ et à agir sous son regard.

Comment dès lors « répondre » de ces circonstances dramatiques ?

La réflexion nous amène à nous poser des questions ; posons-les et partageons-les. La paroisse a créé une adresse mail pour recevoir toutes ces questions relatives au rapport de la CIASE et recevoir aussi vos propositions et suggestions :  

ciaseboulogne92@nullmailo.com

Vous pouvez également déposer vos questions par écrit dans la boite aux lettres de la paroisse, en mentionnant sur l’enveloppe : réunion du 24 mars.

Nous les partagerons ensemble lors d’une rencontre le 

jeudi 24 mars 20h30 à Sainte-Thérèse 

Et Il nous faut nous préoccuper des victimes dont certaines vivent peut-être près de nous sans que nous le sachions. Osons vivre la charité chrétienne dans ce domaine aussi, en manifestant de la compassion aux victimes et en essayant de répondre aux attentes qu’elles expriment :   … /…

Vous qui connaissez d’anciennes victimes ou des proches de ces victimes, soyez  disponibles et proposez-leur de les écouter et de les accompagner si elles en expriment le besoin.

Vous qui avez été victime d’un prédateur, sachez que nous sommes prêts à vous écouter, à vous aider si vous le souhaitez. Mais nous avons bien conscience qu’il peut être délicat pour vous de vous dévoiler même si nous veillerons à la confidentialité́ que vous souhaiterez.  

Nous vous assurons de notre compassion et de notre bienveillance et vous proposons deux  voies de contact :  

Au niveau diocésain, vous pouvez contacter la cellule d’écoute de Nanterre par mail : ecoutevictime@nulldiocese92.fr Par tel : 06 81 74 23 44.  N’hésitez pas à laisser un message avec vos coordonnées.

Au niveau national, l’association France Victimes a ouvert un numéro spécial avec des écoutants spécialement formés aux problématiques de l’Église : 01 41 83 42 17 (9h à 21h)

Nous rappelons l’existence du numéro d’appel 119 pour tout ce qui concerne les mineurs. 

Puissions-nous, en nous impliquant largement dans cette démarche, manifester que nous essayons de vivre tous ensemble selon le commandement du Christ :

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». 

Sobriété … décomplexée !

Le carême va  commencer !

Période d’entrainement, d’éveil, de restauration. Profitons de ces 40 jours non pour s’assécher dans les déserts de la culpabilisation, mais pour chercher l’eau vive.

Une de ces sources, c’est la vie sobre. 

Ce sera le thème de nos 4 soirées de carême.

4 mardis avant la Semaine Sainte.

La tempérance, la chasteté, l’écologie, la sobriété du Verbe.

On se donne rendez-vous à 21h sur YouTube. Seuls, en couple, en équipe…

Le père Klasen fera à chaque fois un enseignement de 30 à 40 minutes qui ouvrira sur quelques questions « en studio ». 

Les équipes 5/5, abbé-mousse-papas, END et autres pourront très bien enchainer sur une discussion entre eux dans la même soirée.

A bientôt dans la joie de vivre un heureux carême

 

Les-mardis-du-Careme-2022-RS

Journée des Migrants : Caritas Europe s’élève contre les murs et la violence

À l’occasion de la Journée internationale des migrants, Caritas Europe appelle les décideurs politiques à faciliter la mobilité humaine au lieu de traiter les migrants comme une menace ou des armes. L’ONG fait écho aux paroles du Pape François qui nous exhorte à nous laisser creuser par leur souffrance pour réagir à notre indifférence.

Vatican News

Dans un tweet publié à l’occasion de cette Journée international des migrants, le Pape François appelle à regarder «dans les yeux les rejetés que nous rencontrons», à se laisser provoquer «par les visages des enfants, fils de migrants désespérés», à se laisser creuser intérieurement «par leur souffrance pour réagir à notre indifférence». Caritas Europe, de son côté, interpelle les gouvernants pour que les migrants ne soient plus perçus comme une menace mais comme «des êtres humains qui traversent les frontières pour différentes raisons – pour chercher une protection, travailler, étudier, retrouver des membres de leur famille». Des personnes qui «doivent être traitées avec dignité et non avec mépris».

Caritas Europe appelle ainsi à l’ouverture de routes sûres et régulières vers l’Europe et non à l’édification de murs plus hauts et à la violence. L’ONG pointe du doigt «les politiques de panique et de rejet» qui dominent et qui tuent trop souvent. Ce «moment particulièrement difficile en Europe» est caractérisé par «les naufrages mortels dans la Manche et la Méditerranée, les personnes utilisées comme des pions à la frontière avec le Bélarus et laissées à l’agonie dans les bois gelés aux portes de l’UE, les innombrables refoulements en Grèce et le long de la route des Balkans».

Ne pas affaiblir la législation sur les réfugiés

L’organisation caritative exhorte aussi les dirigeants européens à résister aux tentatives d’affaiblir la Convention sur les réfugiés, de légaliser les refoulements et d’introduire des dérogations au droit européen, ce dernier point ayant été récemment proposé par la Commission européenne en ce qui concerne la Pologne, la Lituanie et la Lettonie.

Caritas Europe rappelle également les mots que le Pape a prononcés le 5 décembre dernier à Lesbos : «Il est affligeant d’entendre des propositions visant à utiliser les fonds communs pour construire des murs et des barbelés comme solution. […] Pourtant, ce n’est pas en construisant des murs plus hauts que l’on résout les problèmes et que l’on améliore la coexistence, mais en unissant nos forces pour prendre soin des autres selon les possibilités concrètes de chacun et dans le respect de la loi, en donnant toujours la primauté à la valeur inaliénable de la vie de chaque être humain.»

Pour Caritas Europe, «il est urgent de surmonter la peur et d’accepter la mobilité humaine comme un phénomène naturel qui doit être facilité de manière organisée». Caritas insiste aussi sur la contribution positive de l’immigration aux sociétés.

Lesbos: le cri du Pape contre l’indifférence, signe d’un «naufrage de civilisation»

 

 

st Joseph

L’Année saint Joseph, «un signe des temps» pour l’Église de France

«L’Année spéciale saint Joseph», lancée le 8 décembre 2020 par le Pape François, prend fin cette semaine. Décrétée en l’honneur des 150 ans de la proclamation du saint comme patron de l’Église universelle, elle invitait tous les catholiques du monde entier à approfondir leur relation avec l’humble charpentier. Cette année a également ouvert un chemin de foi et d’espérance amené à se prolonger dans l’Église, témoigne Arnaud Bouthéon, chevalier de Colomb, et père de cinq enfants.

Entretien réalisé par Claire Riobé – Cité du Vatican

«Un homme de l’ombre, de l’obéissance, de tendresse et un homme au courage créatif». Pour Arnaud Bouthéon, l’époux de la Vierge Marie est une figure «qui parle énormément au cœur des hommes, notamment ceux en situation de fragilité ou de vulnérabilité». Ce père de famille de 48 ans, co-fondateur du Congrès mission en France et investi dans différentes missions d’Église, témoigne avoir été nourri tout au long de l’année par Patris Cordela lettre apostolique publiée par le Pape François en décembre 2020.

L’exhortation du Saint-Père, et ce qu’il nous transmet de l’héritage de Saint Joseph, ont résonné dans le parcours d’homme et de père chrétien d’Arnaud Bouthéon. «Saint Joseph m’a personnellement rejoint dans ces moments de doutes, de fragilité et même d’angoisse face à l’avenir», décrit-il. De Saint Joseph, la Bible ne nous a transmis jusqu’aujourd’hui aucune parole : Saint Joseph n’était pas un bavard, on ne connaît pas de mot de lui, mais c’était un homme qui s’est laissé bousculer et qui est allé de l’avant, qui a pris des décisions radicales (…).»

Un « signe des temps » pour l’Église de France

La publication de Patris Corde pour l’année 2020 a été un symbole particulièrement fort pour l’Église de France, considère Arnaud Bouthéon. «Je crois beaucoup aux signes des temps. Et sans beaucoup de bruits, l’Église, par la voix du Pape, nous envoie des messages qui de façon providentielle se télescopent avec les signes douloureux des temps (…). Je crois que c’est éminemment prospectif.» Cette année spéciale n’est ainsi que «le début de la découverte de cette figure universelle de Saint Joseph» pour les catholiques, insiste-t-il.

En France, l’invitation du Pape François à se consacrer au Saint patron a donné lieu à diverses initiatives, parmi lesquelles la Grande marche de Saint Joseph, premier pèlerinage national organisé cet été entre Paris et Cotignac. Accompagné d’un groupe d’amis, Arnaud Bouthéon s’est également saisi «de cette petite lettre magnifique» pour la diffuser massivement autour de lui, notamment auprès des 15 000 hommes participant chaque année aux pèlerinages de pères de famille, dans différents sanctuaires de France. Et s’il note une identification masculine autour de patron de la sainte famille, il a aussi «découvert cette année qu’il y avait beaucoup de jeunes femmes (…) qui se sont rapprochées de saint Joseph (…), qui est là pour consoler et donner la force d’espérer».

Modèle d’espérance sur le chemin de Noël

Bien que le temps de l’Avent soit traditionnellement placé sous le regard de Marie, Saint Joseph était, lui aussi, dans l’attente de la naissance du Christ. Dans notre chemin jusqu’à Noël, marqué pour le père de famille par «une période objectivement difficile pour l’Église de France, marquée par des doutes», le patron de la Sainte Famille apparait comme un modèle d’espérance réconfortant : «Dans la perspective de Noël, nous allons passer de l’ombre à la lumière (et) je trouve que saint Joseph nous rejoint dans ce cheminement à la bougie, où l’on ne sait pas trop où l’on va.»

La fin de l’année spéciale Saint Joseph, au milieu de ce temps d’Avent, nous invite ainsi à être tendu vers l’espérance, à l’image du charpentier qui a «permis de protéger l’enfant Jésus et l’a servi», dans l’assurance de la venue du Christ.

 

Pour le Pape, la pandémie doit faire naître de nouvelles solidarités