Dimanche 11 mars 2018

4ème dimanche de Carême, B

Edito

Vive le Sacrement du Pardon

Mercredi 14 mars de 14h à 22h à l’Immaculée Conception

Mercredi 21 mars de 14h à 22h à Sainte Thérèse

Samedi 31 mars, Samedi Saint, de 10h à 12h dans les deux paroisses

Revenez à moi de tout votre cœur, 2 cor 5

 Pour revenir au Seigneur de tout notre cœur, je vous invite à vous appuyer sur la figure biblique de Zachée, parce qu’il incarne la transformation du cœur qui ne se croyait pas aimable, en un cœur débordant d’un trop plein d’amour. Zachée a entendu les paroles de Jésus, que nous appelons Parole de Dieu. Zachée a rencontré « Jésus qui demeure », ce qui est pour nous, aujourd’hui, la définition d’un sacrement. Zachée fut peut-être le premier « confessé » par Jésus !

Avant de vivre le sacrement de réconciliation, il sera profitable de lire la Parole de Dieu. Celle-ci agira sur notre conscience et notre mémoire comme une « eau vive ».

Une démarche spirituelle :

Aujourd’hui la dimension communautaire de la foi s’est largement dissoute (du fait d’une pratique aléatoire). Cela impacte l’image que nous nous faisons de Dieu : « Dieu est bon, de toutes façons il me pardonnera… » (Sous-entendu sans confession). Mais le geste et la parole du prêtre reste essentielle pour que la personne se sente reconnue, aimée, pardonnée personnellement comme Zachée le fut.

Avant de vivre le sacrement de réconciliation, examinons en premier lieu la verticalité de notre vie, parce que Dieu est premier. Regarder ce qui touche sa relation à Dieu, à l’Eglise, à la Parole de Dieu, à la prière.

Le péché est d’abord une réalité qui touche notre vie spirituelle. Il empêche Dieu d’être « Dieu en nous » par l’absence de fidélité à la prière à la messe.

2 questions peuvent nous aider :

  • Comment mes paroles, ma vie parlent-elles de Dieu, de l’Eglise ?
  • Comment mes paroles et mes actions me fidélisent dans la prière, seul à la messe ?

En second lieu, regardons l’horizontalité de notre vie, avec tout ce qui concerne notre rapport aux autres.

Notre manière de nous comporter en société, en famille, dans le quartier, en paroisse. Selon notre âge, que vivons-nous dans notre rapport à la vie en famille, dans nos loisirs, dans notre rapport à l’argent, au racisme et à la sexualité ?

Cette démarche a pour but de rencontrer le sacrement de réconciliation sur ce qu’il est Vraiment : une guérison de toute la personne, le pardon de Dieu. L’amour infini dont nous faisons l’expérience dans le sacrement de réconciliation nous donne avec notre volonté la force de changer de vie et par la même, d’ouvrir des perspectives nouvelles dans notre relation aux autres.

Comme Zachée qui, une fois guéri par le regard du Christ est volontaire pour donner en surabondance à ceux qu’il a volés.

La confession, c’est découvrir au-delà de ses péchés un amour infini, celui de Dieu pour nous. « Laissez-vous réconcilier » nous dit saint Paul.

« Aussi, si quelqu’un est en Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né. Tout vient de Dieu, Il nous a réconciliés avec Lui par le Christ et nous a donné pour ministère de travailler à cette réconciliation ».

Donnons au Seigneur la Joie de nous offrir sa Parole.

Avec ma prière pour vous et les ministres de la réconciliation.

Père Marc.

Le chantier de restauration des vitraux avance!

Entreprises et particuliers, vous pouvez y contribuer via le site de la Fondation du Patrimoine à l'adresse

You have Successfully Subscribed!