Ce jour, je vous propose un simple exercice de lectio divina.

C’est peut-être la plus traditionnelle et plus ancienne manière de prier qui soit dans le trésor de notre Eglise.

Mais un mot d’abord sur les mots.

Je viens de dire exercice.

Quelle fatigue ! toujours faire des devoirs, des exos !

Prenez-le plutôt comme on fait des exercices de yoga ou même d’étirement. Ou encore comme on apprend à faire la cuisine, il faut s’y exercer.

C’est donc une méthode qu’on acquiert. Entrer dans un texte n’est pas chose innée.

Et chaque sportif vous dira que c’est avec l’entrainement qu’on atteint le plaisir et l’aisance.

Par lectio divina, on entend ordinairement la lecture de la Parole de Dieu, la Bible, ancien et nouveau Testament donc. C’est donc à la rencontre de Celui qui Parole éternelle que nous allons. Ou plus exactement, Il nous attend. Il nous y attend, il habite sa parole, sa Présence vient sourdre des textes que nous allons lire. Quand nous scrutons l’Ecriture, c’est Lui qui nous sonde et descend en nous.

 

 

La lectio comporte mille façons de faire ; ça va de la copie calligraphiée du texte jusqu’à sa mémorisation marmonnée jour et nuit en passant par le goût de la poésie du texte…

Posons notre regard sur le psaume de la messe de ce jour.

Poser son regard, ici il s’agit plutôt de tendre l’oreille car ces quelques lignes n’ont rien de narratives, ce n’est pas une histoire qui est racontée, mais un poème.

PSAUME

(Ps 36 (37), 3-4, 18.23, 27.29)

Le salut des justes vient du Seigneur. 

Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton cœur.

Il connaît les jours de l’homme intègre
qui recevra un héritage impérissable.
Quand le Seigneur conduit les pas de l’homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.

Évite le mal, fais ce qui est bien,
et tu auras une habitation pour toujours,
Les justes posséderont la terre
et toujours l’habiteront.

 

Plusieurs exercices donc :

1 ) Repérez les répétitions.

Facile ! c’est « habiter ».

Laissez venir à vous tous ce que ce verbe fait venir au cœur et à l’esprit : repos, maisonnée, famille, chez-soi…

Puis nombre de réminiscences de l’Ecriture :

J’habiterai la maison du Seigneur tous les jours de ma vie

Ce qui veut dire être (demeurer) dans la proximité de Celui qui s’est fait proche.

Maître où demeures-tu ? et ils demeurèrent avec lui, ce jour là

Demeurer avec Dieu, c’est bien notre destinée. Comment laisser faire cette appel sion en le laissant demeurer en nous ?

Laissez faire cette méditation.

2 ) un verset vous plait

Répétez-le. Encore. Encore. Chantez-le. Apprenez-le par cœur.

Tentez de vous le répéter plusieurs fois pendant la journée.

Vous verrez, il va produire du fruit.

Et quand le soir viendra, rendez-grâce à Dieu de vous avoir chuchoter de telles choses.

3 ) Ensuite vous pouvez aussi réfléchir aux juxtapositions poétiques.

Fais confiance au Seigneur, agis bien.

Bien agir, c’est faire confiance au Seigneur, c’est croire contre toutes les accusations de naïveté, qu’on ne se fait pas gruger, mais que le monde est plus beau parce que j’agis bien.

Mais aussi : c’est parce que j’ai foi en Dieu, que je ne pense pas que les choses sont sans autre sens que de me « rapporter », que je peux agir avec gratuité et joie.

Évite le mal, fais ce qui est bien, et tu auras une habitation pour toujours ;

La même idée, mais cette fois-ci quelque chose de l’Éternel s’est instillé.

Tant il est vrai que ceux qui font le mal sont littéralement « hors d’eux-mêmes », puisque notre vocation nous établit à l’image et à la ressemblance de Dieu. Par nature l’homme n’est pas enclin au mal, c’est par erreur qu’il l’est, par dévoiement. Le bonheur est dans le bien que nous recevons et dans le bien que nous partageons. Notre âme et notre cœur le savent bien, depuis toujours. Depuis ceux qui nous ont aimé, et de ce fait, qui nous ont grandis et nous ont donné d’habiter notre vie. Je rends grâce à Dieu pour ceux-là dont les noms sont inscrits en moi.

A suivre

PBK