Dédicace de la basilique du Latran

MAISON DE DIEU, MAISON DE L’ÉGLISE

 

De l’évangile selon saint Jean (2, 13-22)

13 Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem.

14 Dans le Temple, il trouva installés

les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.

15 Il fit un fouet avec des cordes,

et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ;

il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,

16 et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici.

Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. »

17 Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit :

L’amour de ta maison fera mon tourment. (cf. Ps 68, 10)

18 Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »

19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »

20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire,

et toi, en trois jours tu le relèverais ! »

21 Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.

22 Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts,

ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ;

ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.


Commentaire

La basilique Saint-Jean du Latran (dédiée à saint Jean-Baptiste et à saint Jean l’Évangéliste) est la cathédrale du diocèse de Rome ; elle a été édifiée en 320 par l’empereur Constantin.

Sur le fronton est gravé : « omnium urbis et orbis ecclesiarum mater et caput », « mère et tête de toutes les églises de la ville (de Rome) et du monde. »

Dans une lettre adressée aux évêques le 15 août dernier, le cardinal Robert Sarah écrivait : « Tandis que les païens construisaient des temples dédiés à la seule divinité, auxquels les gens n’avaient pas accès, les chrétiens, dès qu’ils jouirent de la liberté de culte, construisirent immédiatement des lieux qui seraient domus Dei et domus Ecclesiæ (= maison de Dieu et maison de l’Église), où les fidèles pourraient se reconnaître comme communauté de Dieu, peuple convoqué pour le culte et constitué comme une assemblée sainte. »

La basilique du Latran en est une excellente et antique illustration.

D’ailleurs, le mot « église » désigne d’abord l’assemblée des chrétiens ; c’est par la suite que le lieu où ils se trouvent réunis pour la célébration a pris le même nom.

Lorsque les évangiles parlent du Temple (restauré par Hérode le Grand en 46 ans), ils ne désignent pas le seul sanctuaire auquel uniquement le grand prêtre avait accès, mais l’ensemble des bâtiments de l’esplanade, y compris les parvis. Les marchands qui vendaient les animaux à offrir en sacrifice et les changeurs qui changeaient la monnaie de l’Empire (portant l’effigie de César ; cf. Mt 22, 19-21) en monnaie réservée au Temple exerçaient leurs activités dans l’un de ces édifices. Cette agitation mercantile finissait par prendre plus d’importance que le culte…

Or le Temple était le lieu de la présence de Dieu au milieu des hommes. Désormais c’est Jésus Christ qui est la présence de Dieu puisqu’il est Dieu lui-même : voilà pourquoi il est appelé Emmanuel (= Dieu avec nous ; cf. Is 7, 14, cité par Mt 1, 23).

Le Seigneur révèlera à la Samaritaine : « L’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. (…) Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité. » (Jn 4, 21…23). C’est notre cas !

Par notre baptême nous sommes devenus membres du Corps du Christ. Ce Corps dont Il est la tête porte le nom d’Église (cf. 1Co 12 27 et Col 1, 18). Tout dans l’architecture et la décoration des églises que nous bâtissons est mis en œuvre pour donner un avant-goût du Royaume

En famille

– À la maison on peut prendre le temps de regarder (sur Internet par exemple) des images de la basilique du Latran ; ensuite on ira voir les photos de notre église paroissiale ou d’une autre église où l’on aime bien se rendre. Commenter ce qui semble caractéristique de ces sanctuaires, comparer, repérer ce qui est commun, etc.

– En ces temps où nous ne pouvons plus aller à l’église pour participer à la messe mais où elle reste pourtant ouverte, saisissons l’occasion de la visiter (souvent quand un lieu nous est trop familier, nous finissons par ne plus le voir…). Décrivons ce que nous avons sous les yeux, tâchons d’en comprendre le plan, le mobilier, les œuvres d’art qui l’habillent, etc.

N’oublions pas de nous arrêter pour prier devant le Saint Sacrement ou devant une statue.

Pour prier

Le Pape François a l’habitude de demander aux fidèles de prier pour lui. En ce jour où nous fêtons sa Cathédrale n’omettons pas de répondre à son désir :

Dieu qui ordonne toutes choses avec sagesse,

tu as fait de saint Pierre, chef des Apôtres, la pierre sur laquelle tu bâtis l’Église ;

regarde avec bonté le pape François que tu as choisi pour lui succéder :

qu’il soit le rocher inébranlable capable de confirmer ton peuple dans la foi

et de le garder dans une même communion.

Par Jésus Christ ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint Esprit,

Dieu pour les siècles des siècles. Amen

 

Missel romain

Mgr Yvon Aybram