Un baptisé vivant la morale chrétienne sans moralisme ni angélisme

Les fondements sûrs de la morale chrétienne

Télécharger le contenu de la 5ème conférence 

 

Un baptisé vivant la morale chrétienne sans moralisme ni angélisme

Le Décalogue et la compréhension juive de la morale en actes

Télécharger le contenu de la 2ème conférence 

 


Une icône de la Vierge : La Vierge à l’enfant

église de l’Immaculée-Conception de Boulogne

vitrail de Jacques Bony – 1968

 

 

 

 

 

La construction de l’actuelle église de l’Immaculée-Conception à Boulogne est terminée en
1968. La lumière y entre par un ensemble important de vitraux de Jacques Le Chevallier, Paul
et Jacques Bony, parmi lesquels se distingue une « Vierge à l’Enfant ». Il est l’œuvre, comme
les autres verrières de la tribune située au-dessus du porche d’entrée, du peintre et verrier
Jacques Bony (Alençon, 1918 – Paris, 2003). C’est le seul panneau figuré de l’église …

Lire la suite

Pour suivre la conférence en direct en vidéo, cliquez sur ce lien :

Lien pour accéder à la conférence

 

Le pape François vient de publier une nouvelle encyclique.

Une encyclique est le plus haut degré d’autorité d’un texte du magistère ordinaire. (eh ?! quésako ? ces termes étranges seront expliqués.)

Mais si nous la lisions ensemble…

C’est souvent plus facile ; nous nous entrainons mutuellement avec un rdv hebdomadaire, nous la lisons à dose raisonnable, elle nous est exposée et commentée.

Le père Bernard Klasen animera 5 soirées d’une heure, à distance.

Les jeudi 19, 26 novembre, 3, 10 et 17 décembre. De 21 h à 22 h.

 

S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’encyclique avant ces soirées, c’est toutefois mieux, bien entendu. Mais elles vont donneront peut-être envie de lire ! 

Homme épris d’absolu, dont la vie a été très mouvementée, Charles de Foucauld a perdu la foi vers 15 ans.

Et la question de Dieu s’est réveillée en Charles, au moment d’une confession et aussi dans la rencontre de musulmans dans le désert. Avant sa conversion au christianisme, il a été témoin de vies marquées par la présence de Dieu.

Charles de Foucauld était « très habité » par le mystère de la Visitation. Il est parti au Sahara « avec Jésus présent en lui » et une confiance dans « le rayonnement de Jésus en lui ».

Son message spirituel est centré sur l’amour, l’amour du Christ et l’amour de tout homme, réunis au cœur d’une grande fraternité universelle. Il est un guide pour tous ceux qui sont dans une recherche de Dieu, une recherche intérieure, une recherche de prière et d’authenticité. Il incarne les vertus évangéliques de simplicité, fraternité, humilité. Un véritable guide pour l’Avent. Aussi je vous propose de dire chaque soir, seul, en famille avec d’autres… Cette prière d’abandon au Seigneur !


Prière d’abandon au Seigneur  de Charles de Foucauld

Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
Fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoique tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prête à tout.
J’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures,
Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
Avec tout l’amour de mon cœur,
Parce que je t’aime,
Et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,
De me remettre entre tes mains,
Sans mesure,
Avec une infinie confiance,
Car tu es mon Père.

 

Pour suivre la conférence en direct en vidéo, cliquez sur ce lien :

Lien pour accéder à la conférence

 

Le pape François vient de publier une nouvelle encyclique.

Une encyclique est le plus haut degré d’autorité d’un texte du magistère ordinaire. (eh ?! quésako ? ces termes étranges seront expliqués.)

Mais si nous la lisions ensemble…

C’est souvent plus facile ; nous nous entrainons mutuellement avec un rdv hebdomadaire, nous la lisons à dose raisonnable, elle nous est exposée et commentée.

Le père Bernard Klasen animera 5 soirées d’une heure, à distance.

Les jeudi 19, 26 novembre, 3, 10 et 17 décembre. De 21 h à 22 h.

 

S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’encyclique avant ces soirées, c’est toutefois mieux, bien entendu. Mais elles vont donneront peut-être envie de lire ! 

Le service diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle vous propose de vous accompagner pour vivre la Liturgie de la Parole à la maison : « Liturgie de la Parole du Christ Roi » ainsi que « la Liturgie d’Emmaüs »

 

Ben oui, ces jours qui se ressemblent tous. On en oublie même quel jour de la semaine, nous sommes.
Prier en observant la beauté des choses… pas facile en ces jours maussades où rien ne se passe. Rendre grâce pour les gens que je rencontre, certes, mais je ne vois plus personne !
Bref, c’est le blues, pas la déprime, non, mais le temps passe, j’ai plus de temps qu’à l’habitude mais je n’arrive pas à faire ce que je pourrais faire…
Alors prier …

2 trucs
1 – Un air dans la tête
Vous savez, on écoute la radio pendant le petit déjeuner et un air de musique est diffusé, vous l’avez en tête pour la journée. Ou mieux, le chant de sortie de la messe de dimanche dernier vous revient en boucle.
Profitez de ça.
Chantez-vous une hymne entendue récemment, un chant de messe. Faites-le à tout moment. En allant faire les courses, en préparant la cuisine, pendant la pause entre deux réunions « zoomeuses ».
Ah zut, vous avez oublié les paroles ! Pourtant ce matin, vous les saviez par cœur. Pas grave, vous en créez de nouvelles à votre sauce. Dieu sait (c’est le cas de le dire) que tout le monde n’est pas grand poète ! vous tournez ces brefs instants en brèves prières.

2 – Relire son carnet d’adresse
Encore moins cérébral, mais là encore quelque chose de l’ordre de la mémoire. Mais « faire mémoire » cette fois. N’allez pas trop vite. Les noms défilent. Priez pour chacun. Rappelez-vous. Rendez grâce à Dieu si c’est plutôt un sourire. Intercédez si c’est plutôt un froncement de sourcil. Dégagez-le à la poubelle si c’est décidément trop mondain, et demandez pardon pour ça (et d’être mondain, et de dégager poubelle…) Priez pour chacun, ça ne veut pas dire forcément formuler une demande, mais évoquer son souvenir c’est mettre son souvenir dans l’évocation de Dieu que vous êtes en train de faire. C’est le poser là, aussi bêtement que vous l’êtes ; devant Dieu, enfin quelque part autour de Lui, vers Lui. Et si ça vous tente, puisque les liens sociaux, les contacts amicaux sont en vacances en ces temps, appelez-le. Votre contact, pas Dieu ! enfin tant que vous y êtes, Dieu aussi.

Vous allez me dire : bof, ce n’est pas vraiment prier, ça !
Certes. Qui pourra nous dire ce qu’est vraiment prier ??
Disons provisoirement que ça consiste juste à se laisser occuper par Dieu.

A bientôt dans la prière

P Bernard Klasen

Les Églises d’Orient l’appellent aussi « saint Martin le Miséricordieux ». Il est né en Pannonie, l’actuelle Hongrie, sur les frontières de l’empire romain où son père était en garnison. A 15 ans, il est soldat car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s’enrôler dans l’armée. Il est muté en Gaule et c’est là, qu’à Amiens, il rencontre le pauvre grelottant à qui il donne son manteau  et dont il apprend durant la nuit que c’est le Christ qui lui a fait cette demande.

Il hésitait à devenir chrétien, il s’y décide enfin. Il quitte l’armée pour rejoindre saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou.

C’est là qu’il sera enlevé par les habitants de Tours qui en font leur évêque. Mais l’ancien soldat devenu chrétien ne s’enfermera pas dans sa cité. Il évangélisera parcourant les campagnes jusqu’à sa mort, à Candes.

Moine-évêque missionnaire, Apôtre de la Gaule, Saint Martin est le premier saint à être vénéré sans avoir subi le martyre. Ses dernières paroles adressées à Dieu: (**) »Seigneur, en voilà assez de batailles que j’ai livrées pour toi. Je voudrais mon congé. Mais si tu veux que je serve encore sous ton étendard, j’oublierai mon grand âge. »
Martin, déjà de son vivant, eut un rayonnement immense qui se poursuit dans son culte après sa mort. De tous ses hauts faits, l’épisode du manteau donné au pauvre reste le plus éclatant, les membres du commissariat chargé de soutenir les militaires (nourriture, vêtement…) ne pouvaient trouver meilleur saint protecteur pour accomplir jusqu’au bout leur mission y compris en faveur du plus humble des soldats, comme s’il s’agissait du Christ.
…Martin conserve, dans son ministère d’évêque, la charité de sa première rencontre avec le Christ. Un jour qu’un pauvre entrait dans la sacristie de sa cathédrale au moment où il revêtait les habits pontificaux, Martin se défit de sa tunique et la lui offrit, au scandale de son pieux entourage…
– « c’est à l’occasion de ce trajet de retour que sur son chemin les arbres et les fleurs refleurirent malgré que ce ne fût pas le moment ce qui nous donna l’été de la saint Martin qui revient à chaque automne au moment souvent appelé par les médias l’été indien. »

 

En ce jour Prions pour demander de contempler en nos frères pauvres le Christ lui-même.

Et de le servir en servant nos frères et méditons l’Evangile pour répondre aux appels du Seigneur dans l’ordinaire de nos vies !

 

De l’Evangile selon Saint Matthieu – chapitre 25, versets 31 à 46

(31)“… Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire,
avec tous les anges, il s’assiéra sur son trône glorieux.
(32) Toutes les nations seront rassemblées devant lui.

Il séparera les uns des autres
comme le berger sépare les moutons des chèvres :
(33) il mettra les moutons à sa droite et les chèvres à sa gauche.
(34) Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite :
« Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ;
héritez le royaume qui a été préparé
pour vous depuis la fondation du monde.
(35) Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ;
j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ;
j’étais étranger et vous m’avez recueilli ;
(36) j’étais nu et vous m’avez vêtu ;
j’étais malade et vous m’avez visité ;
j’étais en prison et vous êtes venus me voir. »
(37) Alors les justes lui répondront :
« Seigneur,
quand t’avons-nous vu avoir faim,
et t’avons-nous donné à manger ?
ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ?
(38) Quand t’avons-nous vu étranger,
et t’avons-nous recueilli ?
ou nu, et t’avons-nous vêtu ?
(39) Quand t’avons-nous vu malade,
ou en prison, et sommes-nous venus te voir ? »
(40) Et le roi leur répondra :
« Amen, je vous le dis, dans la mesure
où vous avez fait cela pour l’un de ces plus petits,
l’un de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

(41) Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche :
« Allez-vous-en loin de moi, maudits,
dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges.
(42) Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ;
j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire.
(43) J’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli ;
j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu ;
j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. »
(44) Alors ils répondront, eux aussi :
« Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim ou soif,
étranger, ou nu, ou malade, ou en prison,
sans nous mettre à ton service ?»
(45) Alors il leur répondra :
« Amen, je vous le dis, dans la mesure
où vous n’avez pas fait cela
pour l’un de ces plus petits,
c’est à moi que vous ne l’avez pas fait. »
(46) Et ceux-ci iront au châtiment éternel,
mais les justes, à la vie éternelle. ..

 

Le service diocésain de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle vous propose de vous accompagner pour vivre la Liturgie de la Parole à la maison : « Vivre le dimanche en confinement »